ASSOCIATION FENVAC - 6 rue du Colonel Moll - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Attentat de Nice : Où en est-on du projet de mémorial pour les victimes du 14 juillet 2016 ?

23/06/2020

Version imprimable de cet article Version imprimable
HOMMAGE A quelques jours du 14-Juillet, les discussions ont repris sur la façon de rendre hommage aux 86 victimes

Publié le 22/06/20 à 18h33 — Mis à jour le 23/06/20 à 11h04

Attentat de Nice : Des hommages partout dans le monde — 20 minutes - Slideshow

Plusieurs idées ont été proposées pour définir les lieux de mémoires aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice (Alpes-Maritimes).

Il y a quatre ans, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait tué 86 personnes et blessé plus de 400 personnes en fonçant avec son camion, dans la foule, venue célébrer la Fête nationale sur la Promenade des Anglais.

Le 14 juillet 2020, les Français célébreront la Fête Nationale et à Nice (Alpes-Maritimes) on commémorera, aussi, le souvenir douloureux de l’attentat qui a coûté la vie à 86 personnes en 2016. C’est sur la manière de rendre hommage à ces victimes que des discussions ont eu lieu ce lundi entre le maire LR Christian Estrosi et les associations de victimes de l’attentat, Life for Nice et Promenade des Anges.

Plusieurs idées sont à l’étude : pérenniser le mémorial provisoire, actuellement présent dans les jardins de la Villa Masséna, positionner une œuvre d’un artiste sur des lieux de mémoires ou encore édifier « quelque chose » sur la Promenade des Anglais, le lieu de l’attentat.

La Promenade des Anglais comme lieu de mémoire

« Il faut qu’il y ait les noms des personnes disparues. Une stèle, des étoiles lumineuses… C’est un lieu qui est un lieu de vie, mais il ne peut pas ne rien avoir là-bas », déclare Anne Gourvès, membre de l’association Promenade des Anges.

« Les noms doivent être présents sur la Promenade des Anglais ainsi qu’une plaque explicative », ajoute cette maman, dont la fille, Amie, a disparu lors de l’attaque terroriste. Ces discussions doivent prendre forme à l’horizon 2021, annonce la mairie « pour le cinquième anniversaire de l’attentat ».

En ce qui concerne l’idée d’édifier à Nice un musée mémorial des victimes du terrorisme, portée par Anne Murris, mère de Camille, une des victimes de l’attaque terroriste, depuis janvier 2017, elle verra le jour. Mais le musée sera finalement installé dans l’agglomération parisienne, sur décision d’Emmanuel Macron, et sa conception est confiée à l’historien, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale Henry Rousso. « C’est une déception pour tous ceux qui ont œuvré à ce projet », déclare Anne Gourvès.

De la « sobriété » le 14 juillet 2020

Comme dans tout le pays, il n’y aura pas, à Nice, de cérémonie patriotique ce 14 juillet, à cause des mesures sanitaires liées au coronavirus qui circule toujours dans l’hexagone. Mais l’hommage aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016, aura bien lieu « dans l’intimité des familles », a annoncé le maire de Nice.

Au programme de cette journée, le recueillement des familles à la Villa Masséna et un dépôt de fleurs. Toute la journée, les Niçois pourront venir déposer une rose sur le mémorial qui y est installé. A 22h34, comme chaque année, 86 faisceaux lumineux symboliques seront projetés.

Aucun feu d’artifice n’est également prévu, au « grand soulagement » des proches de victimes, comme le confirme Anne Gourvès. « L’année dernière, le feu d’artifice du 13 juillet au lieu du 15 a été violent. Ça ne nous permettait pas de quitter Nice à ce moment-là, sachant qu’il y a la commémoration le 14 juillet, explique-t-elle, C’est donc un grand soulagement ».