MEMOIRE l ATTENTAT DE LA RUE DES ROSIERS DE 1982 : NOUS RENDONS HOMMAGE AUX VICTIMES TOUJOURS PRIVEES DE JUSTICE QUARANTE ANS APRES

Il y a quarante ans, le 9 août 1982, un attentat antisémite frappait le restaurant Jo Goldenberg dans le quartier juif du IVème arrondissement de Paris.

Ce jour-là, à l’heure du déjeuner, lorsque le restaurant était complet, des terroristes appartenant au groupe palestinien Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d’Abou Nidal, dissident de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), ont jeté une grenade dans l’établissement avant de faire feu sur les clients attablés et le personnel. Dans sa fuite, le commando a traversé le quartier du Marais en ouvrant le feu dans la foule. En trois minutes, l’attaque a fait six morts et vingt-deux blessés.

La plupart des terroristes, cagoulés au moment des faits, ainsi que les commanditaires, n’ont jamais été arrêtés.

L’enquête judiciaire a pourtant connu des rebondissements puisqu’en 2015, plusieurs hommes suspectés de faire partie des auteurs de cet attentat ont été identifiés en Norvège, en Palestine et en Jordanie.

Des mandats d’arrêt ont été délivrés contre Mahmoud ABED ABRA, qui serait en Palestine, Souhair Mohammad Hassan Khalila AL ABASSI et Nizar HAMADA qui été localisés en Jordanie, et Walid Abdulrahman ABOU ZAYED qui se trouvait en Norvège.

Depuis des années, la justice française, les avocats des parties civiles ainsi que des associations de victimes, dont la FENVAC, représentée par Pauline MANESSE, se mobilisent afin d’obtenir l’extradition des suspects, pour l’instant sans succès du fait des refus opposés par les autorités jordaniennes et palestiniennes.

Si les chances d’obtenir l’extradition des auteurs présumés depuis ces pays semblent faibles, celle de Walid Abdulrahman ABOU ZAYED avait été rendue possible en 2020. En avril 2021, la Chambre de l’instruction française avait validé la procédure d’instruction contre ce dernier, ce qui avait permis la poursuite des investigations à son encontre.

Cet attentat reste encore aujourd’hui la source d’une grande détresse pour les victimes et les familles des victimes qui se sentent privés de justice et de vérité. Elles espèrent avoir un procès dans les prochaines années car il y en va de la reconnaissance de leur statut de victime par la nation.

Le mardi 9 août 2022, un hommage national a été rendu aux victimes de l’attentat lors d’une cérémonie commémorative organisée par le Ministère de la Justice, en partenariat avec le CRIF, à laquelle ont participé l’AfVT et la FENVAC représentée par son vice-président, Thierry GOMES.

Le Ministre de la Justice, Éric DUPOND-MORETTI, a reconnu que "la soif de justice qu’éprouvent les victimes n’a pas été étanchée" et a rappelé la mobilisation des autorités judiciaires pour que toute la lumière soit faite sur ce lâche attentat. Il a également affirmé que « l’antisémitisme, cette bête immonde, n’est pas morte ; elle rampe, plus ou moins masquée".

Des victimes et des proches de victimes ont pris la parole afin d’exprimer leur profonde douleur ainsi que leur colère face à l’absence de justice quarante ans après le drame.

Par la suite, le président du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, Francis KALIFAT, a rappelé au nom des victimes et de leurs familles, le devoir de l’État de mettre tout en œuvre pour que la justice puisse leur être rendue. C’est d‘ailleurs l’objet de la lettre ouverte adressée au Président de la république le 19 juillet dernier par le CRIF et l’Association française des Victimes du Terrorisme.

Le Garde des Sceaux, des élus, des ambassadeurs et des représentants d’institutions juives se sont ensuite recueillis devant la plaque commémorative de la rue des Rosiers en y déposant tour à tour des gerbes de fleurs, avant d’observer une minute de silence.

La FENVAC rend hommage aux victimes disparues dans ce terrible attentat et adresse tout son soutien aux familles des victimes. A leurs côtés y compris dans la procédure judiciaire, nous œuvrons pour que justice soit rendue.

Nous n’oublions pas.

Crédit photos : Clément Machecourt (@CM / actu Paris)

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC