PROCES 13 NOVEMBRE : SALAH ABDESLAM DEJA DANS LA PROVOCATION

Le Parisien, Jeudi 9 septembre 2021
Pascale EGRE, Timothée BOUTRY, Louise COLCOBET et Zoé LAUWEREYS

(...)

Des dizaines, des centaines de noms
Mais Jean-Louis Périsè reprend, dans la foulée, pour interroger et recadrer ce label : "Hors norme ? Mais si l’on se réfère à l’essence d’un procès criminel où ce qui importe, c’est justement le respect de la norme, en clair l’application de la procédure pénale et des droits de chacun, à commencer par les droits de la défense, alors il faut intégrer aussitôt la norme". Il rappellle enfin : "Notre cour d’assises a pour fonction d’examiner les charges retenues à l’encontre de chacun des accusés et d’en tirer les conséquences sur le plan pénal après avoir entendu la parole de chacun, c’est-à-dire la parole des parties civiles, celles des représentants de l’accusation, et celle de la défense(...). Nous devons tous conserver ce cap de façon à maintenir la justice dans sa dignité".

C’est à ces mots, plutôt qu’à l’attitude du principal accusé, que nombre de victimes présentes se sont accrochées en cette "journée d’émotion intense" comme la qualifiait Marie-Claude DESJEUX, la présidente de la FENVAC, l’une des associations parties civiles.
Des mots propices aussi à rassurer les avocats de la défense, soucieux, comme l’exprimait l’un d’eux, Me Christian Saint-Palais, que "la souffrance causée par les faits et l’émotion suscitée par ce procès n’emportent pas tout".

En début d’après-midi, le président Périès commence l’appel des parties civiles. Là encore, par ordre alphbétique, cette fois des noms de leurs avocats. "Je vais lire le nom de mes victimes", lance la premi !re à s’avancer à la barre. L’étape, fastidieuse, est imposée par la procédure mais elle fait soudain surgir pour la premi !re fois, dans l’enceinte de la cour d’assises spéciale, des dizaines, des centaines de noms : ceux des resapés et des familles endeuillées. "Camille X...Marc X...Steve, Milan, Nicolas..". L’horreur de cette nuit d’enfer, déjà, s’incarne.

(...)

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le journal (version papier) Le Parisien

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC