ATTENTAT DE LA PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS DE 2019 I LES VICTIMES CONVIÉES PAR LA JUSTICE POUR UN POINT SUR LES AVANCÉES DE L’ENQUÊTE

Le 3 octobre 2019 en milieu de journée, l’agent administratif de la DRPPP (Direction du Renseignement de la Préfecture de Police de Paris) dénommé Mickael HARPON assassinait 4 de ses collègues avec un couteau acheté quelques minutes auparavant, avant d’être abattu par un policier de la DOPC (Direction de l’Ordre Public et de la Circulation) dans la Cour de la Préfecture.

Le jour même était ouverte une enquête de flagrance par la section P12 du Parquet de Paris. Le lendemain, le PNAT (Parquet National Anti-Terroriste) se saisissait des faits requalifiés en association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d’un ou plusieurs crimes d’atteintes aux personnes, assassinat, et tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste.

Alors que l’instruction est toujours en cours, le 7 juillet 2021 à 14h30, se tenait au sein de l’auditorium Pierre DRAI du Tribunal Judiciaire de Paris la première réunion d’information à parties civiles (IPC), près de 2 ans après l’attaque.

La FENVAC, représentée par sa présidente Mme Marie-Claude DESJEUX et un de ses juristes, M. Marc HENDEL, ainsi que l’avocat de l’association, Me De Montbrial, ont participé activement à cette réunion aux côtés des victimes en attente d’explications. Grâce à leurs questions résultant de l’étude fine du dossier d’instruction, ils ont pu obtenir des éclaircissements de la part des juges, utiles à la compréhension des faits par les victimes présentes.

Aujourd’hui, la crainte de la FENVAC est celle du non-lieu. À l’instar de la décision rendue par les les juges d’instruction dans la procédure relative à l’attentat qui avait eu lieu à la Gare Saint Charles à Marseille le 1er octobre 2017, nous redoutons que les victimes directes et indirectes de l’attentat commis dans l’enceinte de la Préfecture de police de Paris ne connaissent un jour l’étape libératrice du procès.

Crédits photo : Bastien Louvet/SIPA

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC