DISPOSITIF DE PRISE EN CHARGE DES VICTIMES D’ATTENTATS I LA FENVAC PARTICIPAIT HIER À UNE REUNION AVEC LA DIAV AFIN DE FAIRE UN POINT SUR LES POLITIQUES PUBLIQUES D’AIDE AUX VICTIMES

Ce mardi 29 juin, Madame CALANDRA, Déléguée interministérielle à l’aide aux victimes (DIAV), réunissait au Ministère de la justice, plusieurs intervenants notamment les associations de victimes dont la FENVAC, des représentants du Fonds de Garantie mais également des membres du Conseil national des barreaux.

L’objectif de cette première d’une longue série de réunions était de faire un point d’étape sur les politiques publiques d’aide aux victimes, et ainsi constater les difficultés et dégager des pistes d’amélioration pour faire des propositions au gouvernement dans le cadre du comité interministériel d’aide aux victimes à venir.

Cette initiative marquée par la perspective d’un travail collectif doit entre autres améliorer la fluidité entre les partenaires.

En effet, depuis 2015, nombreux ont été les dispositifs créés au bénéfice des victimes et aujourd’hui, l’intérêt de cette concertation de l’aide globale aux victimes est d’apporter un regard critique afin de faire évoluer et progresser ces différents systèmes.

Plusieurs sujets ont été au cœur des discussions dont la question de la prise en charge psychologique de la victime dans chaque phase de son parcours, sur les lieux de l’attentat puis après la crise où un certain nombre de difficultés demeurent notamment au niveau de l’annonce des décès. Cette question primordiale dans le parcours de reconstruction de la victime est sujette à de nombreuses maladresses qui peuvent entrainer des risques de traumatisme aggravé. La formation des professionnels a donc été soulevée afin de faciliter au mieux ces étapes douloureuses. Il a aussi été question de la simplification des démarches administratives afin d’améliorer la transmission de l’information entre les associations et les partenaires institutionnels, et permettre ainsi de soulager la victime dans des processus parfois trop lourds et trop longs qui viennent entacher leur parcours de reconstruction.

Le directeur général du FGTI, M. RENCKI, s’est quant à lui exprimé sur l’accompagnement des victimes par le Fonds et a en même temps souligné le rôle significatif des associations de victimes qui ont récemment permis un certain nombre d’avancées s’agissant des droits des victimes lors des expertises médicales. Le rôle de l’avocat a lui été évoqué comme un acteur clef de la circulation de l’information auprès de leurs clients victimes. Pas toujours bien informés du suivi de leur dossier par leur conseil, un sentiment de mise à l’écart de leur procédure leur est préjudiciable.

De nombreuses autres thématiques ont été soulevées et feront l’objet d’approfondissements telles que la prise en charge des victimes françaises à l’étranger, des victimes étrangères en France ainsi que la définition d’un statut des primo intervenants.

Des groupes de travail seront donc prochainement mis en place auxquels la FENVAC se réjouit de participer. En effet, améliorer l’ensemble de ces dispositifs afin que les victimes puissent traverser ces épreuves dans la sérénité et le respect, fait partie des missions auxquelles notre Fédération tient tout particulièrement. Cette initiative lancée par la Délégation interministérielle à l’aide aux victimes, que nous saluons, fera donc l’objet d’une mobilisation toute particulière de la part de nos membres sensibles à ces questions.

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC